Préambule

Objet et Champs d’application

– Objet

Le présent Règlement Intérieur est établi en application des dispositions des articles 15.1 et suivants de la loi N° 95-15 du 12 janvier 1995 portant code du travail et de celles du décret N° 96-197 du 7 mars 1996 relatif au Règlement Intérieur. Il a pour objet de déterminer les règles relatives à l’organisation du travail, la conduite et le développement des opérations, à la discipline et aux prescriptions concernant l’hygiène et la sécurité nécessaires à la bonne marche de Five Stars The Limousines Group.

– Champ d’application

Le présent Règlement Intérieur s’applique à l’ensemble du personnel de Five Stars The Limousines Group quelle que soit la catégorie professionnelle à laquelle il appartient. Toute personne embauchée accepte de ce fait, le présent Règlement Intérieur et déclare s’y soumettre entièrement. Il devient la loi des parties pour toute question non réglée par les textes légaux ou réglementaires, par la Convention Collective Interprofessionnelle, par le contrat individuel ou par l’usage.

Attention : Ce document est confidentiel. Il est la propriété exclusive de Five Stars The Limousines Group. Toute communication ou reproduction même partielle en dehors de l’entreprise à laquelle il est destiné est interdite.

Vie d’entreprise

1. Hygiène et Sécurité

– Alcool

La consommation de boissons alcoolisées dans les locaux de travail est interdite, sauf dans des circonstances exceptionnelles, en quantité raisonnable et avec l’accord de la direction. La consommation de boissons alcoolisées est strictement interdite pour tout chauffeur dans le cadre de ses missions. Le chauffeur est tenu de ne pas consommer d’alcool avant de prendre ses fonctions. Tout manquement à cette règle peut remettre en question la sécurité des clients, du véhicule, et du chauffeur lui-même et fera l’objet d’un arrêt immédiat de la collaboration entre le chauffeur et la société pour faute grave. Il est également interdit d’introduire ou de distribuer dans les locaux de travail des produits stupéfiants ou des boissons alcoolisées.

– Présentation des employés

Le personnel doit se conformer aux principes généraux d’hygiène. Il doit notamment se présenter au travail en parfait état de propreté corporelle et vestimentaire. Les chauffeurs quant à eux doivent respecter les principes suivants : coiffure sobre, rasé (pour les hommes), costume sombre, chemise repassée, cravate, chaussures cirées, ongles propres et coupés, haleine fraiche.

– Le permis chauffeur GR

Tout chauffeur, travaillant ou souhaitant travailler avec Five Stars The Limousines Group, doit au préalable s’inscrire auprès du service de la circulation de Monaco afin d’y passer des tests de conduite et de code de la route qui valideront – si satisfaisants – le permis GR (Grande Remise) requis à l’exercice du métier de chauffeur en Principauté.

– Respect des règles de conduite des véhicules et de prévention routière

Chaque employé est conscient des principes de sécurité. Les chauffeurs quant à eux, par le biais de leur permis GR obligatoire pour cette activité, s’engagent doublement à suivre scrupuleusement les consignes afin de veiller à la sécurité des clients, des effets personnels de ces derniers et des véhicules. Il s’agit de se conformer aux règles du code de la route qui sont applicables à tous sans distinction (professionnels ou privés). Pour tout complément d’information sur le respect des règles de conduites des véhicules se rapporter au site internet de la prévention routière :

www.preventionroutiere.asso.fr/

2. Respect des individus

– Les relations humaines

Dans le cadre de ses activités professionnelles, le personnel est tenu d’entretenir avec ses supérieurs hiérarchiques, ses collègues et les personnes avec lesquelles il est en relation à l’occasion de l’exécution de sa tâche, des rapports empreints de confiance, de courtoisie et de respect.

– L’honnêteté

Dans le cadre de ses activités professionnelles, le personnel est tenu d’exercer les fonctions qui lui sont confiées avec conscience, rapidité, fidélité, honnêteté et dévouement.

– Le harcèlement sexuel et moral

Selon l’article L1353-1 à 5 du code du travail, « Aucun salarié ne peut être sanctionné ni licencié pour avoir subi ou refusé de subir les agissements de harcèlement d’un employeur, de son représentant ou de toute personne qui, abusant de l’autorité que lui confèrent ses fonctions, a donné des ordres, proféré des menaces, imposé des contraintes ou exercé des pressions de toute nature sur ce salarié dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle à son profit ou au profit d’un tiers ». « Aucun salarié ne peut être sanctionné ni licencié pour avoir témoigné des agissements définis à l’alinéa précédent ou pour les avoir relatés. Toute disposition ou tout acte contraire est nul de plein droit ». –

Selon l’article L1353-6 : Sera passible d’une sanction disciplinaire tout salarié ayant procédé aux agissements précédemment définis. – Selon l’article L1152-1 à 3 du code du travail : Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral, qui ont pour objet ou pour effet : – une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité – d’altérer sa santé physique ou mentale – ou de compromettre son avenir professionnel. Aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, pour avoir subi, ou refusé de subir, les agissements de harcèlement moral ou pour avoir témoigné de tels agissements ou les avoir relatés, notamment en matière de : rémunération, de formation, de reclassement, d’affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation, de renouvellement de contrat.

3. Respect des consignes de travail et des horaires

– La relation avec les coordinateurs

Les coordinateurs (ou dispatches) sont en charge d’organiser les opérations et de synchroniser les prestations fournies aux clients. Leur travail consiste principalement à (1) recevoir les demandes des clients et/ou partenaires, (2) estimer avec précisions le tarif de la prestation, (3) vérifier la disponibilité des véhicules et des chauffeurs, (4) transmettre toute information nécessaire à la bonne préparation et au bon déroulement de la prestation commandée par le client, (5) suivre avec précision les changements survenant à la prestation initiale, (6) conseiller le chauffeur dans les décisions à prendre sur le terrain, (7) vérifier les feuilles de mission, (8) procéder aux encaissements, et (9) faire le suivi commercial.

– La relation avec les chauffeurs

Les coordinateurs supervisent les chauffeurs et la flotte de véhicules, ils sont les référents principaux auxquels les chauffeurs s’adressent pour toute question liée aux opérations. Les coordinateurs devront mettre tous les moyens en œuvre afin d’informer les chauffeurs de leurs missions dès qu’ils en reçoivent la confirmation. Les chauffeurs, quant à eux, se doivent d’informer les coordinateurs de leur disponibilité afin d’éviter tout retard et/ou manquement dans les prestations fournies.

– La ponctualité

Le chauffeur(s) et son véhicule(s) doivent toujours se présenter sur le lieu de mission 10 minutes à l’avance et informer le(s) client(s) (directement ou par le biais de ses intermédiaires : concierge, assistant personnel, secrétaire, intendant, collaborateur, etc…) de son arrivée afin de vérifier qu’il n’y ait pas de changement à la prestation initialement commandée. Le reste du personnel de Five Stars The Limousines Group se doit également d’être ponctuel et de respecter les horaires définis. Tout retard ou absence doit être communiqué dans un délai raisonnable et selon sa prévisibilité.

– L’anticipation

Comme dans toute activité de prestations de service auprès d’une clientèle exigeante, le personnel de Five Stars The Limousines Group s’engage à se préparer au mieux et à se documenter si nécessaire afin d’anticiper les meilleurs itinéraires, les désagréments météorologiques, le trafic dû aux grands événements, les particularités culturelles et alimentaires de la clientèle étrangère, et ce dans le cadre de demande spécifique ou régulière.

– La confidentialité

Dans le cadre de ses activités professionnelles, le personnel est tenu d’observer une discrétion absolue sur tout ce qui a trait aux opérations effectuées, quelle qu’en soit la nature. Il est formellement interdit à l’ensemble du personnel de la Société de divulguer les renseignements concernant toute opération passée, actuelle ou future, toute information concernant les finances de la société, ses projets de développement, mais également tout détail privé ou professionnel concernant les clients de la société et ses dirigeants.

– La non-concurrence et l’exclusivité

Le salarié est tenu d’exécuter de bonne foi son travail, notamment en s’interdisant de réaliser tout acte contraire à l’intérêt de l’entreprise et tout acte de concurrence comme : (1) Créer une entreprise concurrente avant la fin du contrat de travail, (2) remettre à des tiers des devis pour un produit ou service concurrent avant la fin du contrat de travail, (3) participer à l’activité d’une entreprise concurrente avant la fin du contrat de travail. Il est également interdit au membre du personnel, après son départ de l’entreprise, d’exercer d’une activité professionnelle, salariée ou non, qui porterait atteinte aux intérêts de l’ancien employeur.

4. Les sanctions disciplinaires

– La fausse information volontaire

La dissimulation et/ou le détournement d’information d’un employé envers la société caractérise une faute grave qui peut entrainer des conséquences pénalisantes dans la conduite des opérations et dans les relations avec nos partenaires et clients. De ce fait, ce type de comportement, s’il est avéré, entrainera une mise à pied immédiate de l’employé.

– Le vol

La société met un point d’honneur à défendre ses employés contre toute accusation infondée de vol.

Cependant, un vol ou une tentative de vol avéré de la part d’un employé fera l’objet d’un traitement particulièrement sévère s’articulant sur 4 points. (1) L’arrêt immédiat de la collaboration entre l’employé et la société. (2) Un appel téléphonique au service de l’emploi de Monaco assorti d’une lettre notifiant l’identité de l’employé fautif ainsi que la nature du délit, ce qui conduira automatiquement à un rejet permanent de son permis de travail Monégasque. (3) La communication officielle de l’identité de l’employé et la nature du délit à l’Association Monégasque des Professionnels de la Grande Remise (AMPGR), ainsi qu’à son homologue français pour la région de la côte d’azur. (4) Certains actes pourront également faire l’objet d’une plainte officielle ou d’une main courante à la sûreté publique de Monaco, notamment dans les cas de vol d’argent, et un dédommagement pourra être demandé selon l’ampleur des faits.

– Le non-respect du matériel

Tout membre du personnel est tenu de conserver en bon état le matériel qui lui est confié en vue de l’exécution de son travail. Il ne doit pas utiliser ce matériel à des fins personnelles sans autorisation. Le non-respect de cette règle entrainera une mise à pied de l’employé.

– Le non-respect des consignes de sécurité et de prévention

La mise en danger d’autrui par une conduite et une gestion irresponsable du véhicule entrainera immédiatement la mise à pied de l’employé conducteur. Cette mise à pied pourra être assortie d’une fin de collaboration entre l’employé et la société s’il est avéré que l’employé a délibérément pris des risques qui ont mis en danger la sécurité des clients et des autres automobilistes et/ou piétons.

– La violence physique et verbale

La société n’accepte aucune forme de violence qu’elle soit physique ou verbale entre tout individu ayant un rapport professionnel avec ses activités (employé, associé, client, fournisseur, partenaire, etc…). Ce type de comportement entrainera une fin de collaboration sans délai entre le protagoniste et la société.

– La confidentialité

La divulgation d’informations confidentielles – comme énoncé dans la section 3, paragraphe 5 – est considérée comme une faute grave pouvant entrainer des répercutions légales lourdes pour la société selon la sensibilité des éléments divulgués. En effet, la société pourrait encourir des poursuites légales si les informations sont placées sous sa responsabilité professionnelle.

Opérations

1. La prise de commande et le temps de réponse

– L’accueil téléphonique

La société s’engage à être joignable 24h/24h et 7 jours / 7. Outre le fait, de mettre tout en œuvre afin de ne rater aucun appel, le coordinateur devra faire preuve de sympathie et de tact envers son interlocuteur quel qu’il soit. Nos services s’adressant principalement à une clientèle exigeante, il est demandé aux membres du personnel de la société ayant contact directe avec les clients d’être indulgents, serviables, et humbles dans leurs rapports avec ces derniers. Les membres du personnel, cependant, doivent faire preuve de fermeté face aux demandes dont l’exécution comporterait un danger physique, légal, et/ou moral. Le coordinateur doit s’assurer d’être le seul interlocuteur du client et, sauf cas spécifique, devra gérer tout litige, négociation, et/ou service complémentaire qui pourrait intervenir du début jusqu’à la fin de la prestation.

– Les demandes par messages électroniques

Les demandes par messages électroniques doivent être traitées dès réception et, sauf si demande urgente, devront être suivies d’une proposition commerciale et/ou d’une proposition alternative dans un délai maximum de 24 heures. Le coordinateur doit s’assurer d’être le seul interlocuteur du client et, sauf cas spécifique, devra gérer tout litige, négociation, et/ou service complémentaire qui pourrait intervenir du début jusqu’à la fin de la communication.

2. La transmission des missions aux chauffeurs

– Les modes de communication

Le coordinateur, selon le degré d’urgence de la mission, peut utiliser 3 biais de communications : (1) L’appel vocal par téléphone, (2) le SMS, (3) l’email. Chaque chauffeur doit impérativement se munir, à ses frais, d’un appareil en bon état de fonctionnement capable de réceptionner les communications par tous les moyens énumérés ci-dessus.

– Les délais

Les délais de transmission d’ordres de missions aux chauffeurs sont très variables. Dans l’absolu, le coordinateur, quand une mission est programmée à l’avance, se doit de respecter un délai minimum de 24 heures afin ne pas porter d’atteinte aux engagements privés du chauffeur. Cependant, les prises de commandes se faisant le plus souvent en dernière minute, le coordinateur doit impérativement transmettre l’ordre de mission au chauffeur concerné pas plus tard que 30 minutes après en avoir reçu la confirmation.

– Les informations nécessaires à la bonne exécution des prestations

Le coordinateur a la responsabilité de fournir au chauffeur toutes les informations disponibles et utiles à la bonne préparation et au bon déroulement de la mission. Les informations de base nécessaires au chauffeur dans l’exécution de son travail sont (1) le type de prestation commandé – transfert ou voiture à disposition – (2) l‘itinéraire, (3) l’identité du client, (4) la langue de communication à utiliser avec le client, (5) l’heure de début de mission, (6) le point de rendez-vous convenu, (7) le nombre de passagers, (8) le contact téléphonique du client ou de son représentant, (9) les recommandations quant au statut du client, (10) le mode de règlement.

3. La gestion sur le terrain

– La feuille de mission

La feuille de mission est un document synthétique en triplicata (3 exemplaires : concierge/partenaire, coordinateur, client) qui doit être rempli par le chauffeur. Le document doit être présenté au client qui, dans la plupart des cas, le signera à la fin de la mission afin de confirmer que tout est conforme à la prestation commandée.

– Le coffre à clés

Le coffre à clés se trouve dans le parking de l’Eden Tower (Golden Square) à l’étage -1. Il contient les clés de tous les véhicules appartenant à la société. Tout utilisateur de véhicules autorisé est responsable d’y remettre les clés après usage. Le coffre peut, dans certains cas, être utilisé afin de déposer des cartes de parking, des règlements en chèque (uniquement aux heures de fermeture du bureau), ou autre effets de taille raisonnable et ne pouvant être subtilisé à des fins personnelles (pas d’argent liquide). Le code du coffre doit être changé par un coordinateur tous les 2 mois et à chaque événement qui pourrait poser un problème de sécurité à la société.

– La sécurité du véhicule et des passagers

Chaque chauffeur a le devoir de transmettre au coordinateur – et aux autres chauffeurs en fonction, si nécessaire – tout message d’erreur affiché par l’ordinateur de bord du véhicule. Le chauffeur doit régulièrement contrôler la pression des pneus, les niveaux, l’état d’usure des pneus et du système de freinage du véhicule.

– La propreté des véhicules

Nos véhicules représentent l’image de la société. Le chauffeur doit impérativement présenter le véhicule au client dans un état irréprochable, il en va de la réputation de la société et de la pérennité de son activité : Nettoyage extérieur, intérieur après chaque mission. Une attention particulière sur : les traces de doigts sur les portières, sur les vitres, sur la carrosserie en général. Veiller à ne pas laisser d’emballages, de tickets ou de papiers divers apparents à l’intérieur du véhicule. Il est strictement interdit de manger et/ou de consommer d’autres boissons que de l’eau à l’intérieur du véhicule.

– Le carburant

Le chauffeur doit s’assurer que le véhicule dispose du maximum de carburant avant de partir en mission, lors du retour du véhicule il doit s’assurer qu’au moins la moitié du réservoir soit disponible. Le chauffeur est entièrement responsable de la carte « Total GR » qui lui est attribuée. Il se doit de conserver les tickets en notant au dos de celui-ci l’immatriculation du véhicule qu’il vient d’approvisionner et son kilométrage exact. Les tickets doivent être déposés au coordinateur tous les mois. En cas de contrôle, la consommation devra correspondre aux missions du chauffeur (consommation, lieu, date et heure). Le chauffeur s’engage à avoir une conduite responsable dont l’objectif est la réduction du coût du carburant pour la société. L’usage de cette carte hors du cadre professionnel sera assimilé à du vol.

– Les péages

Chaque véhicule est muni d’un badge de télépéage. Il est strictement interdit de prendre ce badge et de l’utiliser à des fins personnelles. L’usage de ce badge hors du cadre professionnel sera assimilé à du vol.

– Les repas

Le client est redevable de repas envers le chauffeur quand les heures de travail de ce dernier l’incluent. Un forfait de 20€ par repas sera facturé au client au profit du chauffeur qui fera l’avance de ces frais. Il se peut que le client invite directement le chauffeur, dans ce cas le forfait ne pourra être appliqué au montant total de la prestation facturé au client. En cas de doute et avant de prendre toute décision concernant l’application de ce forfait, le chauffeur doit impérativement contacter le coordinateur qui lui confirmera la marche à suivre. Tout abus et/ou surfacturation intentionnelle de ce forfait par le chauffeur sera assimilé à du vol.

– Les surcoûts téléphoniques

Dans certains cas, le chauffeur est contraint d’utiliser son téléphone portable afin d’appeler et/ou d’envoyer des sms sur des numéros étrangers. L’utilisation du téléphone personnel dans le cadre professionnel et pour le bon déroulement de la mission peut donc occasionner des frais supplémentaires. La société remboursera ces frais sur simple demande et sur présentation de la facture téléphonique détaillée où figure le montant à prendre en charge – sous réserve que les numéros et dates correspondent aux missions effectuées par le chauffeur.

– Les trajets

L’itinéraire des missions doit être anticipé et optimisé afin de choisir les trajets qui sont les plus courts (dans le cadre de transferts secs) et les plus adaptés. Chaque chauffeur devra, en cas de contrôle, justifier ses prises de décisions dans la modification des trajets classiques.

– La communication entre le coordinateur et le chauffeur

Chaque chauffeur doit se munir à ses frais d’un téléphone portable, de préférence avec un opérateur dont la couverture est optimale dans la région (Orange ou Sosh). Il est préférable que le chauffeur dispose d’un accès à ses emails bien que la communication par sms soit privilégiée. Le chauffeur doit, selon l’évolution de sa mission, informer le coordinateur de tout changement et/ou imprévu (retard) afin que celui-ci puisse anticiper ses besoins en chauffeurs et véhicules. Aussi, cette communication permettra au coordinateur un suivi précis de chaque mission.

Encaissements

1. Les règlements directs (Chauffeur)

– En liquide

Lors d’un encaissement en liquide par le chauffeur, celui-ci doit informer le coordinateur dans les plus brefs délais de la somme perçue. A partir de ce moment, il sera responsable de remettre l’intégralité de la somme au coordinateur dès son retour.

– Par CB

Lors d’un encaissement par CB, le chauffeur devra noter avec exactitude les numéros de carte ainsi que la date d’expiration et le cryptogramme sur la feuille de mission en précisant le bon mode de règlement. Le client devra signer impérativement la feuille de mission et en recevoir une copie. En cas de doute sur la lisibilité des différents numéros présents sur la CB, il est recommandé au chauffeur de prendre une photo recto/verso de la carte (avec l’accord préalable du client).

– Par chèque

Lors d’un encaissement par chèque, le chauffeur devra vérifier l’exactitude des informations notées sur le titre de paiement et, si le client n’est pas connu de la société, prendre une photo de sa pièce d’identité.

2. Les règlements classiques

– Sur compte

Ce type de règlement est réservé aux sociétés avec lesquelles il a été convenu une fréquence de travail hebdomadaire (au minimum) et, parfois, un tarif préférentiel. Les prestations commandées et exécutées sont comptabilisées quotidiennement par le coordinateur qui dresse et fait parvenir une facture totale chaque fin de mois à la société cliente.

– Sur note

Ce type de règlement est exclusivement réservé aux hôtels partenaires dont le système de « comptabilisation sur chambre » permet aux clients d’intégrer les dépenses liés à nos prestations de services dans la facture totale présentée par l’hôtel à la fin du séjour. Les prestations commandées et exécutées sont comptabilisées quotidiennement par le coordinateur qui dresse et fait parvenir une facture totale chaque fin de mois à l’hôtel.

– Sur facture

Toute commande de prestations de services fait l’objet d’une facture qui est envoyée au client dès la fin de la mission. Ce dernier s’engage à la régler dans les meilleurs délais. Toutefois, il est demandé aux clients occasionnels de fournir un numéro de CB en garantie de paiement quelles que soient les modalités de règlement convenues (liquide, carte, chèque, virement bancaire).

Gestion de la société

1. Les outils de travail

– La communication humaine

Le(s) dirigeant(s) de la société ou son représentant s’engage à recevoir tout membre du personnel souhaitant s’entretenir sur des sujets strictement professionnels dans un délai maximum de 48 heures (selon disponibilité). Toute requête de l’employé durant cet entretien fera l’objet d’un suivi et une réponse sera donnée dans les meilleurs délais qu’elle soit positive ou négative.

– La comptabilité analytique

Un point comptable sur l’évolution des coûts liés aux principaux pôles de dépenses est effectué chaque mois. Il permet d’évaluer la santé financière de la société ainsi que ses perspectives à court, moyen, et long termes. Les membres du personnel qui le souhaitent, peuvent prendre connaissance du compte rendu de ces analyses financières en demandant un entretien avec le(s) dirigeant(s) de la société ou son représentant.

– Le système Teksat

Teksat est un service de géolocalisation de véhicules, de gestion et suivi de flotte automobile. Il permet de (1) suivre les parcours des véhicules en temps réel, (2) recevoir des alarmes en temps réel en cas d’anomalie sur le parcours, (3) suivre l’activité des véhicules en mode analytique et en mode cartographié, (4) afficher l’historique des trajets sur la cartographie, (5) éditer les rapports d’activité des véhicules, (6) communiquer par messagerie en temps réel avec les véhicules, et (7) gérer automatiquement la maintenance et l’entretien des véhicules. Tous les véhicules de la société, faisant partie de la flotte permanente ou intégrant temporairement celle-ci, sont équipés de ce système. La société doit assurer au chauffeur une formation rapide sur l’utilisation de l’outil Teksat afin d’optimiser le travail de chacun.

– Le Server

Le Server est un espace sécurisé de stockage de fichiers informatiques et qui fournit également une sauvegarde des boites de courriers électroniques de tous les utilisateurs au sein de la société. Ce Server est géré par une société locale mais appartient à Five Stars The Limousines Group. Cette installation possède un système d’accès à distance. Compte tenu du caractère à la fois confidentiel et sensible des informations stockées sur ce Server, un backup (sauvegarde de secours) devra être réalisé chaque semaine à l’aide d’un disque dur externe qui sera entreposé en lieu sûr. Cette procédure est établie afin de limiter les pertes d’informations et leurs conséquences financières.

– Le portefeuille de clients

La société génère son chiffre d’affaires grâce à son portefeuille de clients, lequel représente la pierre angulaire de son modèle économique. Cette base de clients a été constituée par le dirigeant depuis plus de 20 ans d’activité. Elle est maintenue et développée par le travail quotidien de tous les membres de la société et par la bonne exécution de leurs missions respectives. Tout actif, matériel et/ou immatériel, de la société appartient à la société. Aussi, quand une collaboration s’achève entre la société et un employé, il va de soi que tout ce qui appartient à la société devra être restitué et reconnu comme tel. Il en va de même pour le portefeuille de clients. Ainsi, le détournement de clientèle est un délit, en premier lieu, moral mais qui peut également représenter, selon la spécificité des cas, un délit légal.

2. Les responsabilités sociales

– Les charges sociales

Le(s) dirigeant(s) de la société s’engage à être à jour de cotisations et à honorer le règlement des cotisations sociales mensuelles (CCSS/CAR, Unedic, AG2R) en fonction de la déclaration salariale et des régimes spécifiques liés à la structure organisationnelle de la société (employé cadre, employé noncadre, extra variable).

– La pérennité de l’activité

La pérennité de l’activité repose sur une gestion morale et juste focalisée sur le développement du chiffre d’affaires, d’une part, et sur la réduction des coûts, d’autre part. Le(s) dirigeant(s) de la société s’engage à prendre des décisions qui préservent les intérêts de la société, son activité, et ses emplois. Le(s) dirigeant(s) de la société confirme comprendre les principes de base de calcul de rentabilité et de profit des opérations : Profit = Chiffre d’affaires – (Couts Fixes + Couts Variables + Taxes).

Le(s) dirigeant(s) de la société confirme comprendre les principes de base du fonctionnement des structures juridiques à but lucratif (personne morale ou société) qui séparent les actifs mobiliers, immobiliers, et financiers (ainsi que les risques s’y rattachant) des biens et patrimoines privés appartenant au(x) propriétaire(s) de la sociétés (personne physique). Le(s) dirigeant(s) de la société a le pouvoir d’engager financièrement la structure dans le cadre du développement de ses affaires. Il s’engage à suivre scrupuleusement les implications liées à la levée de fonds / obtention de financements et à avoir une gestion de la dette structurelle et opérationnelle qui préserve la continuité et la pérennité de la société. L’augmentation de la dette structurelle est acceptable seulement si celleci participe au développement du chiffre d’affaires : le ratio « dette/CA » sera réévalué chaque année lors de la clôture des comptes annuels.

– L’amélioration du cadre de travail

Les membres du personnel sont invités à soumettre au(x) dirigeant(s) de la société toute idée et/ou suggestion afin d’améliorer le cadre de travail de chacun. Cette démarche participative a pour objectif la prise en considération du défit économique et social auquel doit faire face une structure à taille humaine.

3. Le développement de la société

– Solidifier et développer l’activité

Chaque membre du personnel a le pouvoir de contribuer au développement de la société. Notre chiffre d’affaires est un indicateur de performance, mais notre rentabilité dépend du poids de nos dépenses fixes et variables sur opérations. Notre champ d’activité étant devenu ultra concurrentiel, chacun doit agir pour les intérêts de la société. Le développement de chaque partie est intrinsèquement lié : D’une part, une société solide assure la pérennité de l’emploi pour ses salariés, d’autre part, un employé performant assure la bonne continuité des affaires de la société.

– Les projets

Comme toute société, DL souhaite réaliser/développer différents projets. Le plus important d’entre eux est de réussir une gestion de la dette structurelle et de réduire celle-ci et/ou de la maintenir à un ratio « dette/CA » raisonnable. Le développement des autres projets passera par une diversification de l’activité et une vision opérationnelle géographiquement plus étendue.

– Le provisionnement

En raison du caractère saisonnier de l’activité, la société met en place un fonds de provision placé à court terme et alimenté par une partie de la trésorerie accumulée lors de la période de grande activité. Cette procédure de gestion permet d’anticiper les dépenses imprévues, de faire face aux coûts de fonctionnement de la structure quand l’activité est réduite, et d’entretenir un fonds de roulement bancaire. A long terme, ce fonds peut aussi être partiellement utilisé afin de réaliser certains investissements stratégiques.

Fait à Monaco en 2 exemplaires, le / / 2014

L’employé(e) : Pour la société :

La signature de ce document doit être suivie par la mention manuscrite « Je comprends et adhère à ce règlement ».

ANNEXE

La Charte Chauffeur

HYGIENE

• Rasage.

• Ongles propres et coupés.

• Coiffure sobre.

• Cravate, Costume sombre et chemise repassée.

• Chaussure cirée.

• Haleine fraiche.

• ATTENTION A LA CIGARETTE.

PARKING / VEHICULES

• Bien garer les voitures.

• Respect du parking : déchets au sol, mégots de cigarettes, poubelles, réfrigérateur.

• Propreté : vitres intérieures et extérieures / tapis / sièges / carrosserie / jante / vide poche / cendrier / boiserie.

• Mettre à disposition des clients des lingettes et bouteilles d’eau à l’intérieur du véhicule.

• Brochure / Carte de visite.

• Toujours vérifier macaron ou carton aéroport et télépéage à chaque prise d’un véhicule.

• Entretien régulier : pression pneu / lave glace / huile moteur.

• Toujours prévenir le bureau en cas de message sur l’ordinateur de bord pour service / défaut ou choc / rayure sur le véhicule.

• En dernier recours, laisser un message si le véhicule est laissé sale ou vide en fin de service.

• Apres chaque transfert ou mise à disposition : contrôler le véhicule – le client suivant ne doit pas tomber sur des effets personnels ou éventuelles traces du client précédent.

• Les véhicules sont attribués par le dispatch et uniquement par le dispatch.

• Le client doit avoir l’impression qu’il est le premier à monter dans le véhicule.

• Aucun véhicule personnel doit stationner sur les places attribué à la société, sauf si accord avec le dispatch ou le dirigeant.

CLIENTELE

• Discrétion / efficacité / ne pas parler au client s’il n’engage pas la conversation.

• Toujours un petit mot à la fin pour proposer un service supplémentaire / transfert retour / mise à disposition / location de voiture.

• Ne pas avoir de regard insistant sur la femme ou compagne du client.  Conduite fluide et responsable.

• Encaissement CB ou sur Note : toujours faire signer la feuille de mission – NB : nous n’acceptons pas les cartes « Diner’s Club ».

• Accueil Aéroport : Pas de lunettes de soleil dans le terminal / attitude sérieuse / panneau bien en évidence / assistance pour les bagages obligatoire – toujours prendre le plus gros bagage et ne jamais laisser les dames porter.

• Clientèle HOTEL : Toujours se présenter 10 minutes à l’avance pour tous départ, se présenter au concierge en arrivant / ne pas perturber le travail des voituriers / toujours confirmer le mode d’encaissement auprès du concierge / ne jamais dire au concierge que vous ne savez pas aller à la destination commandée / discrétion et politesse envers tous les employés des établissements (concierges, bagagistes, voituriers, etc…). Dans tous les cas de figure, faire profil bas, aucune altercation ne sera tolérée, ce sont nos plus importants partenaires.

INFORMATIONS PRATIQUES / DISPATCH

• Appel téléphonique ou sms en cas de retard du vol du client (pour arrivées et départs).

• Appel téléphonique ou sms quand une mise à disposition arrive à son terme ou si le client vous annonce en début de prestation qu’il doit être de retour à une heure définie.

• Toujours contacter le dispatch en cas de litige / négociation / devis.

• A la fin de chaque mission, toujours téléphoner ou envoyer un sms pour indiquer l’heure de fin de prestation et le montant encaisser ou sur note.

• Toujours prévenir au plus tôt pour les indisponibilités (Shift chauffeur).

• Toujours laisser les feuilles de missions au coffre ou au bureau, surtout en cas d’encaissement.

• Repas Chauffeur : ils sont à facturer uniquement lors de mise à disposition et uniquement lorsque le client va se restaurer, et/ou pendant les heures de repas (12h-14h et 19h-21h).